Premier weekend fort en émotions avec au programme : des marchés, des marchés et toujours des marchés ...

Nous avons commencé samedi après-midi par le petit marché de Kouritenga (notre quartier, "tiékar" pour nos plus jeunes lecteurs ...), accompagnées de Ramatou qui a négocié nos pagnes avec brio (c'est qui ?) !
Après cette expérience, nous nous croyions parées pour le grand marché de Ouaga, de dimanche matin... Quelle naïveté !!!!! :
A peine le pied posé hors de la voiture, le combat commence ! Les marchands arrivent de tous cotés attirés par la couleur de notre peau. Impossible de regarder paisiblement tous les articles qui pourtant nous font envie, tellement nous sommes sollicitées et alpaguées.Finalement, nous prenant plus ou moins au jeu des négociations, nous repartons les sacs à dos remplis de souvenirs et les porte-monnaie allégés (plus pour certaines que d'autres ...).
Il ne fut cependant point aisé de nous débarrasser de ces pots-de-colle : ils nous accompagneront jusqu'à la voiture et continueront de tenter de nous entourlouper à travers la fenêtre !

Malgré tout, nous n'étions toujours pas rassasiées, nous décidâmes donc de nous rendre au village artisanal de Ouaga. Ouf, enfin tranquilles pour faire du "lèche-non-vitrine"!

Merci donc à Daouda, notre accompagnateur, qui fût dévoué, vaillant, preux et ô combien patient... tout au long de la journée!

Hier (lundi 7 juin), c'était l'anniversaire d'Evelyne : journée marathon pour ses 24 "janviers qu'elle a tués":

Pour cette occasion, après une bonne matinée de jeux (à noter : la chaise musicale au djembé a ambiancé le centre et ameuté tous les enfants du quartier) : tournée générale de macaronis bolognaises et de bissap glacé (mmh...) pour les enfants et les encadrants de l'ANERSER ! Nous avons partagé ce repas du midi tous ensembles sur les nattes dans une ambiance chaleureuse et conviviale...

Le soir, les surprises se succèdent pour Evelyne !
Les cadeaux de la famille pleuvent sur elle très touchée de ces belles intentions!
Pendant ce temps, Clem, Aurore, Hélène et Olivier filent chercher l'attiéké qui sera notre repas du soir ! Nous tombons une nouvelle fois en panne ... avec cette fois-ci une légère variante : nous poussons la voiture sur le bas-côté d'un axe bien fréquenté ! :-)
Au même moment, sous la douche, Evelyne, toute mousseuse appelle Lucile au secours : panne d'éléctricité générale ! Merci aux lampes de poche !

Après ces aventures, nous passerons tous à table après que Yaba a béni le repas en mooré.

La soirée n'est pas terminée : Innocent reste mystérieux quant à ce qu'ils mijotent avec Leen au maquis du coin : le melting.

Nous nous y rendons avec toute la famille et les amis que nous avons rencontrés ici.
Un DJ, ami d'Innocent nous y attendait avec une chanson spécialement composée pour Evelyne, reine de la soirée.
Nous nous sommes frottées aux danses du pays : Pongo (attention Clémentine position !), Coupé-décalé, ...

Constat n°11: contrairement à la France, les garçons sont les premiers à fouler le danse-floor ! et ils "shakent" très bien leur body !

Constat n°12: Les Burkinabès savent faire la fête ! Merci à Innocent et à tous ceux qui étaient présents !

Constat n°13: Le réveil est difficile après de telles soirées !

Bien à vous chers fidèles lecteurs et commentateurs ...

P1020380P1020066